Tunisiano
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Tunisiano


 
AccueilS'enregistrerConnexion

 

 Retour sur le chemin des arts littéraires en Sierra Leone

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Directeur du Forum
Directeur du Forum
Admin

Masculin
Le nombre de contributions : 2211
points : 11052
Réputation : 0
Date d'Inscrit : 21/06/2009
Age : 29

Retour sur le chemin des arts littéraires en Sierra Leone Empty
MessageSujet: Retour sur le chemin des arts littéraires en Sierra Leone   Retour sur le chemin des arts littéraires en Sierra Leone Icon_minitimeJeu Sep 30, 2010 4:43 am

Pour commencer à examiner le sujet, il faut définir et comprendre les termes clés. Bien entendu l'expression «regarder en arrière» implique rappelant et en réfléchissant sur ce qui s'est passé dans le passé et dans notre cas spécifique, ce se limite à ce qui s'est passé dans le passé de la scène des arts littéraires en Sierra Leone, qui est l'ancienne colonie britannique sur la côte ouest de l'Afrique, entourée par la Guinée, Conakry et au Libéria, qui est devenu indépendant le 27 avril 1961.

Le mot «art» dans les dictionnaires Oxford a été défini comme suit:

1. La production de quelque chose de beau, ou l'habileté et la capacité de tels travaux.

2. Des œuvres telles que peintures, sculptures produites par compétences. Des activités créatives telles que les peintures, le théâtre et les écrits histoire ou de poésie.

3. Compétences appliquée à la conception, la représentation ou la création imaginative.

4. L'utilisation délibérée de l'imagination qualifiés en particulier dans la production des objets esthétiques.

Ces suggèrent alors que la gamme large de l'art couvre musique, cinéma, photographie, peinture, théâtre, danse, littérature et l'architecture.

Cet article, pour des raisons d'espace, a été limité aux arts littéraires. Je vais comme l'exige la situation se faisant des références de passer à d'autres aspects des arts de la mesure que nous avançons.

Littérature elle-même est un art central. Il est bien sûr le matériel plus fin du théâtre et parfois de la danse, plus ballet. Il est également lié à ces arts de la scène dans le sens où il reprend également la représentation dramatique de l'action ou des tranches de vie, mais par le mode écrit. Mais selon la compétence de la représentation telle présentation en résonance avec la vie presque comme s'il s'agissait d'une reconstitution dramatique ou même la situation de très réel lui-même. Il rend compte également que les arts visuels par le biais de capture pas le pinceau d'un peintre ou l'appareil photo du photographe, mais grâce à sa présentation à travers une séquence soigneusement sélectionnés disposés de mots, qui donnent une image vivante et précise de cette image.

Par les mots, alors, un écrivain littéraire reprend les images visuelles d'un peintre ou du photographe dans le mode écrit. Grâce à des compétences du lecteur dans la compréhension des images mentales, le dévoilement des symboles cachés derrière la langue à travers des images mentales, il obtient la représentation visuelle de la réalité que les mots portent. Le rythme est le plus important dans la poésie, en particulier dans le drame. Ce ne doit pas suggérer que le rythme n'a pas pu être trouvé dans les romans et nouvelles. Nous savons tous à quelle profondeur un ingrédient, la musique et la danse est dans le théâtre africain dont feu Dele Charley, John Kolosa Kargbo, Yulisa Amadu Maddy, Raymond De Souza-George et Charley Haffner, souvent des exemples dans leurs performances.

J'ai l'intention de regarder la scène littéraire tel qu'il était avant l'indépendance en 1961. Littérature a ensuite été vu en grande partie par l'intermédiaire des journaux dont la fameuse Sierra Leone Nouvelles hebdomadaires a été la plus importante. C'était presque comme un journal littéraire, bien imprimé dans la forme d'un journal. Librairie de Sawyer dans la rue Water a également joué un rôle essentiel non seulement comme faisant des choix larges des œuvres littéraires du monde occidental disponibles, mais également la publication de petites brochures et des livres peu de temps à autre.

A cette époque, en club a prospéré et beaucoup d'entre eux avaient des activités littéraires dans le cadre de leur programme. Les clubs tels que l'Institut Ville littéraires et Greenfield Club a organisé des conférences et des spectacles dramatiques. Le Club Greenfield visait notamment à promouvoir les activités littéraires. La Société excentrique (un groupe multiracial) a organisé périodiques "concerts esprit édifiante. Cependant, bon nombre de ces clubs ont été de courte durée. Selon les analystes de nature historique, ce fut à cause de la majorité des Krios manque d'intérêt dans l'amélioration de soi et la désunion dans les rangs de la niveau supérieur de la société Freetown. Cela a été limité à quelques centaines de personnes dont les rangs de nombreux autres clubs appelé leurs membres. Avec ce type de société très tricotés, des désaccords personnels ont été facilement mis dans ces sociétés perturbant ainsi leur harmonie et leur origine briser.

Il pourrait alors en déduire que les activités littéraires étaient alors plus ou moins de nature universitaire et philosophique ou religieuse. Rarement ont été de véritables efforts littéraires présentés. Un tel scénario a été transféré à la production de livres. Beaucoup de livres ont été plus de manuels ou de thèses. L'une des premières œuvres écrites par un Sierra-Léonais en 1865 reflète cette préoccupation. Il a été le travail de l'Africain James Horton médico Afrique de l'Ouest sur l'économie politique de la Colombie-Afrique de l'Ouest. Son deuxième livre trois ans plus tard, en 1868, a été pays ouest-africains et des peuples, la Colombie et les autochtones. Ce fut comme beaucoup d'autres ouvrages publiés à Londres. Il est également A.B.C. Sibthorpe de travail monumental historique sur Freetown.

Peu d'œuvres de création au cours de cette période ont été produites par des écrivains créatifs comme Adelaide Casely-Hayford et Gladys Casely-Hayford. Gladys Casely-Hayford était peut-être le plus connu de cette période. Certains de ses poèmes et des histoires parues dans des publications américaines et britanniques sont encore été inclus dans les anthologies récentes compilées dans l'Ouest. Un de ses poèmes qu'elle a publié dans un petit livre de poésie, Prenez Suis à Freetown en 1948, est écrit dans la lingua franca du pays, Krio.

Le pédagogue Mme Adelaide Casely-Hayford (née Smith) a écrit des histoires sur les traditions des écrivains du Ghana comme Efua Sutherland et Ama Ata Aidoo. Le plus populaire d'entre eux est "Mister Courifer" qui fait partie d'anthologie Paul Geoffrey Edward pour les écoles qui a été largement utilisé dans les écoles Freetown dans le début des années 60., Afrique de l'Ouest Narrative Ce souci de la culture est encore considérée dans son travail dans le domaine de l'éducation . Selon l'historien, Akintola Wyse, après avoir étudié en Angleterre et en Allemagne et en retournant chez elle, elle était si consterné par le système de l'éducation pour les femmes qu'elle a consacré sa vie entière à l'introduction d'un système qui accorde une place importante aux coutumes africaines, les arts et l'artisanat parmi les autres.

Un autre poète a publié au cours de cette période a été Crispin George dont le recueil de poèmes intitulé des pierres précieuses a été publiée par un véhicule de diffusion de vanité bien connu, Arthur Stockwell en 1952.

Un nom de plus important en Sierra Leone La littérature est le radiodiffuseur Thomas Decker. Son importance n'est pas seulement parce qu'il couvre à la fois les périodes coloniale et l'indépendance, mais parce que son travail de pionnier dans la propagation de l'utilisation plus large de Krio à des fins littéraires a été ce qui a généré l'épanouissement des Krio écoutes intensifiée par Dele Charley, Raymond De Souza George, Esther Taylor -Pearce, Laurent Kweku-Woode parmi beaucoup d'autres. Il est considéré comme le poète principal Krio sur le milieu des années 50. Certains d'entre eux ont été publiés dans le milieu des années 60 dans l'examen de langue et la Sierra Leone Sierra Leone études. Il a également sorti avec des adaptations Krio des pièces de Shakespeare comme Jules César.

Il est difficile de rendre compte de la totalité des œuvres créatives publié alors que de nombreux paru dans divers médias, journaux, magazines et revues au niveau local comme à l'étranger.

histoires courtes Abioseh Nicol avait acquis une renommée internationale, publiés dans les revues littéraires britanniques et anthologies. Certains de ces faisait partie de ses deux célèbres recueils de nouvelles Deux contes africains et The Truly Married Woman et autres histoires, tous publiés par Cambridge University Press.

Cette période coloniale a été marquée par la publication peu d'œuvres de création sous forme de livre. Mais avec le début de l'indépendance et la publication de Robert Cole Wellesley oeuvre autobiographique Kossoh Boy Town par les œuvres Cambridge University Press plus sous forme de livre ont été publiés.

Les pièces de Raymond Sarif Easmon. Chers parents et Ogre, The Patriot Nouveau et son roman Le Burnt Out mariage profité.

Les travaux du Dr William Conton, The africains a été une percée pour le roman en Sierra Leone. C'était presque comme le nôtre. Things Fall Apart. Comme Things Fall Apart, L'Afrique a d'abord été publié à Londres. éditions américaines paru la même année. Il a été publié en 1960 avec une autre édition après une année après. Il a été réimprimé en Grande-Bretagne en 1964. Traductions de celui-ci ont été faites en arabe, en hongrois et en russe. EkundayoRowe avait aussi son recueil de nouvelles. Pas de semences pour le sol, auto-édité sous forme de livre.

Plus tard, de nouveaux noms comme Yulisa Amadu Maddy, Muctarr Mustapha, Wilfred Taylor, Delphine King et Syl Cheney-Coker a éclaté dans toutes les imprimer sous diverses formes.

Des années 70 à compter plus de nouveaux auteurs apparus. Yema Lucilda roman de Hunter Road to Freedom a été publié au Nigeria par un équipement Sierra Leone édition, les universités de la Presse Africaine AUP Elle a récemment publié un autre roman intitulé Bitter Sweet. roman Prince Dowu Palmer The Stones Mocking a été publié par Longmans en 1982 dans leur série Drumbeat. Le même éditeur avait publié un an plus tôt Raymond Sarif Easmon de la querelle et d'autres histoires. Cette période se caractérise également par la promotion agressive des éditeurs Macmillan en Sierra Leone. Ils ont déjà trois romans de la Sierra Leone dans leur série Pacesetter. Ce rapport comprend deux jeunes écrivains, le journaliste et professeur Edison Yongai qui sont venus en dehors Qui a tué Mohta et le gestionnaire de l'assurance, OsmanConteh, avec Double Trouble. De l'étranger aussi des nouvelles de la publication des écoutes Yayah Swarray a été reçue. Son worksinclude 'De Wol faire pour Fraide. D'autres auteurs, notamment, Talabi Aisie Lucan, Melville Stuart, Marilyn Awoonor-Renner, Winston Forde et Clifford N. Fyfe canalisé leurs énergies créatrices dans la production de la littérature pour enfants dont beaucoup ont été publiées par Evans.

Après l'indépendance, quelques journaux et magazines d'autres écoles, les collèges et les églises effectuées quantité limitée de l'écriture créative. La Sierra Leone Broadcasting Service, qui était alors dans les mains créatives de la fin du Akar John, un écrivain lui-même, a donné beaucoup de sortie pour la créativité, qu'elle soit littéraire ou exécutant. SLBS en effet donné d'importance à des artistes comme Ebenezer Calendrier, Allie Ganda et les garçons Rokel rivière. Il y avait aussi un programme régulier histoire courte dans certains trimestre de programmation de radio. Cette vedette les histoires courtes de jeunes ainsi que les anciens Sierra-Léonais, dont deux histoires de la mine. En outre, il y avait des programmes de critique de livre. programmes destinés aux enfants demi-heure en anglais ainsi que les langues nationales ont été des occasions pour la diffusion et la diffusion de la richesse du folklore du pays. En effet, beaucoup d'entre nous qui n'a pas eu grand-mère à la maison de filage ces fils riche et intéressant pour nous, la ligne de raconter des histoires sur SLBS bien remplie dans un trou béant dans notre éducation sociale et culturelle.

Avec l'indépendance il y avait aussi de nombreux journaux dont le Daily Mail qui était alors un document vraiment quotidienne qui a donné beaucoup d'espace pour l'écriture créative, des histoires courtes ainsi que des contes pour enfants dans le coin des enfants. Il y avait aussi des publications régulières des critiques de livres ainsi que quelques attention portée à d'autres activités artistiques telles que des représentations théâtrales et concerts de musique.

Mais malheureusement aujourd'hui les arts littéraires ne reçoit plus autant d'attention que précédemment dans la presse. Les pressiers se plaignent de la rareté de l'espace qui limite leur publication aux nouvelles social et économique juste politique. Le Quotidien Mailitself avait chuté à un creux dans lequel il ne pouvait plus être appelé en toute sécurité hebdomadaires ou bi-hebdomadaires. Il est trop en manque criant d'espace. Mais aujourd'hui, il a enfin tus. Le Nouveau Citoyen donne un peu d'espace aux histoires sérialisée de ce directeur général et propriétaire, de l'IB Kargbo.

Une tendance louable a commencé dans les années 70 avec l'intérêt manifesté par un linguiste suédois Shrimpton Nevillle dans les pièces nouvelles en Krio de jeunes ainsi que les anciens auteurs. Thomas Decker traduction de Jules César fut heureusement l'une des pièces, il a publié. Également publié dans la série Shrimpton ont été Lawrence Kweku Woode est (pas Dieu Konsibul) Raymond De Souza George's (Bohbohlef) Dele Charley (Fatmata, Petikot Korner) et Esther Taylor Pearce (Bad Man Pas EMTI Os).

Il ya eu des percées occasionnelles lorsque les Sierra-léonais auteurs jeunes ont été publiés dans des revues et des magazines à l'étranger. Un milieu remarquable à l'extérieur qui comprenait des histoires courtes a été régulièrement AFRIQUE DE L'OUEST Magazine. Histoires de jeunes écrivains comme Peter Karefa-Smart et Brima Rogers dû y apparaître. Pourtant, une autre des histoires de Rogers a été diffusé sur la BBC Story Programme court sur World Service. Et une femme écrivain a remporté le concours de nouvelles organisé par le Service de la BBC Afrique suivie par le shérif Mohamed qui a en plus gagné plusieurs concours de la dramaturgie organisée par la BBC Son nom semble comme un être regardé comme il l'a démontré de manière constante des signes forts de la promesse. Il a déjà publié trois ouvrages dont une pièce de théâtre, Sorie Clever, un autre jeu de la crosse et le Fools et un roman intitulé La peur secrète, qui a été co-lauréat du prix de la CEDEAO pour l'excellence dans la littérature. Macmillan Publishers, elle a publié dans la série McTracks en 1997.

Arthur Edgar E. Smith est né et scolarisé à Freetown, en Sierra Leone .. Il a enseigné l'anglais depuis 1977 au prince de Galles et l'école, Milton Margai College of Education.and est maintenant à Fourah Bay College, où il a atteint le grade de Maître de conférences, de conférences en anglais, la littérature, ainsi que la création littéraire pour le passé sept ans.

M. Smith est largement publiés à la fois localement et à l'étranger avec ses écrits parus dans les journaux locaux ainsi que dans le magazine Afrique de l'Ouest, Index on Censorship, l'accent sur l'information et bibliothéconomie de travail parmi d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
http://ton-monde.info
 
Retour sur le chemin des arts littéraires en Sierra Leone
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tunisiano :: Art :: Art visuel-
Sauter vers: